Retour sur le MFAO

    • Watch Video

MFAO

A l’issue de plus de deux années de réflexion au sein d’une commission de travail créée à cet effet, la CDPA-BT avait publié un document de près de 110 pages, intitulé le MFAO (le Mouvement de la Force Alternative d’Opposition). L’incapacité de l’opposition à remettre le rapport des forces en sa faveur imposait cette démarche, déjà à l’époque.

Pour permettre à tout un chacun de prendre facilement connaissance du contenu du document et juger de la faisabilité des propositions qui y sont faites, nous en avions fait une brève synthèse, que nous avions mise à la disposition des partis d’opposition. L’expérience avait en effet montré que le changement pour lequel la population était sortie dans la rue en octobre 1990 ne saurait être l’affaire, ni d’un seul homme si charismatique soit-il, ni d’un parti d’opposition pris isolément, mais bien plutôt l’affaire d’une organisation où tous ceux qui veulent la fin du régime de dictature peuvent s’impliquer à fond, pour que l’objectif commun puisse être atteint.

Mais l’orientation électoraliste dans laquelle le mouvement d’opposition s’est engagé par la force des choses, n’avait pas permis aux partis d’opposition impliqués dans la logique électoraliste de consacrer aux propositions faites dans le document l’attention qu’il faut.

Il se trouve que les partis d’opposition inscrits dans cette logique électoraliste n’ont pas pu prendre le pouvoir à l’issue d’aucune des six élections présidentielles organisées par le régime depuis 1993. Et si la série des élections législatives faites depuis ce moment ont permis à certains de ces partis d’avoir quelques députés à l’Assemblée, l’état du rapport des forces tant dans l’hémicycle que dans l’ensemble du pays, a toujours mis ces députés dans l’incapacité totale de faire quoique ce soit pour réaliser le changement auquel aspire la masse des opposants.

Enfin, et il faut le souligner, tout le monde convient aujourd’hui que la série des regroupements circonstanciels constitués, surtout à partir de 2010 (le FRAC, le CST, la Coalition arc-en-ciel, le CAP2015…) n’ont pas, eux non plus, réussi à atteindre l’objectif du changement, comme le reconnaissent d’ailleurs nos amis qui, paradoxalement, viennent de reconstituer un nouveau regroupement du même genre.

Tous ces faits montrent que l’opposition togolaise n’a pas encore réussi à se donner l’organisation pouvant lui permettre de réaliser le changement politique devant permettre au pays de se doter de véritables institutions démocratiques. Et qu’il faut, par conséquent, continuer de rechercher les voies les meilleures possibles pour atteindre le but.

C’est pour cette raison que la CDPA-BT a jugé nécessaire de remettre à la disposition du public et à travers son site, la synthèse du document MFAO dans lequel notre Parti avait, lui aussi, fait depuis 2007 des propositions pour inverser le rapport des forces en faveur de l’opposition afin de lui permettre d’avancer.

On verra dans ce document d’abord la dynamique psychosociale et économique en œuvre sous le régime en place ; ensuite comment le Mouvement proposé peut contribuer à renverser la vapeur ; puis les modalités de la construction du Mouvement et enfin quelle forme d’organisation donner au MFAO pour le rendre le plus efficace possible.

Ces chapitres sont précédés d’un préliminaire où l’on verra les conditions dans lesquelles la réflexion sur la nécessité pour l’opposition de se donner une nouvelle organisation fut menée, et pourquoi il est indispensable de trouver un plus petit dénominateur commun de nature à amener tous ceux qui veulent réellement le changement démocratique à travailler ensemble pour pouvoir arriver à le réaliser.

Quand un outil se révèle inefficace au regard de l’objectif visé, le simple bon sens recommande d’avoir le courage politique d’en essayer un autre.

Lomé, le 19 mars 2017

La Redaction

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *